Archive de la catégorie ‘Sites’

Nora AcevalIl était une fois…une conteuse

Posté le 31 août 2013 par Artisan de l'ombre

Nora AcevalIl était une fois…une conteuse

9 Décembre 2007

 Nora AcevalIl était une fois…une conteuse dans Nora Aceval culture&art3&2007-12-09img1

Nora Aceval est la digne héritière d’une tradition qui perpétue le legs ancestral : le conte, gardien de la mémoire.

Un grand nombre de peuples fondent leur communication et la transmission des connaissances sur la trahison orale entre les personnes par la parole et se passent ainsi de tout système d’écriture. Même s’ils servent à divertir les auditeurs, les textes transmis à l’oral ont avant tout une mission pédagogique. Les conteurs sont une espèce rare de nos jours, pourtant il y a la voix qui rythme des récits d’un parler arabe qui, comme une mélodie, donne l’impression à l’auditoire d’écouter les contes dans la langue d’origine. Elle conte en français et en arabe dialectal algérien. Conteuse, Nora Aceval est un personnage tout aussi magique que ses contes.

Lire la suite de cet article »

Conférence-débat Femmes et transmission avec Nora ACEVAL

Posté le 30 août 2013 par Artisan de l'ombre

Soleil en Essonne

Conteuse de tradition des Hautes Plaines d’Algérie Carré d’Art de la Médiathèque de Montgeron Mardi 25 novembre 2008 Je vous parlerai du conte populaire et de son rôle dans la transmission, et bien sûr du rôle des femmes dans la transmission. Le conte populaire n’est pas une nouvelle ni un mythe mais un récit à part entière, c’est un récit en prose, fictif, oralement transmis. C’est aussi une oeuvre sans auteur.

Ceux qui le disent le deviennent le temps de le dire, puis le conte appartient à ceux qui l’ont écouté. D’où, une évolution du conte. Il y a un pacte entre celui qui écoute et celui qui raconte : les deux savent que ce n’est pas « vrai » mais font comme si c’était vrai. Les conteurs et conteuses ont une grand expérience de la vie ; elle est nécessaire pour dire les contes avec les émotions, pour les faire partager, pour les transmettre.

Je suis née dans une ferme à Tousnina (département de Tiaret, Algérie. Ndlr) au milieu de la tribu des Sidi Khaled. Le conte y était dit tous les soirs : c’était une école de littérature orale. Les enfants n’allaient pas à l’école mais ils apprenaient, ils n’étaient donc pas des ignorants. Le rôle de la transmission revenait aux femmes, avec un rituel autour de la narration. Il imposait que quelqu’un de l’auditoire demande un conte. La femme se faisait supplier, disait : « Je suis fatiguée… J’ai oublié… » Pourquoi : oublié ? Il s’agissait de mettre en garde contre l’oubli. Pourquoi se faire supplier ? Il fallait être sûre de son auditoire. Les contes se disaient le soir car si la conteuse les disaient dans la journée elle deviendrait chauve… Alors, les adultes connaissent le répertoire de la conteuse, ils demandent un titre, ce qui facilite la narration de la conteuse. La femme transmettant favorise des récits « merveilleux », plus longs et plus profonds que les contes de sagesse par exemple. Elles disent des histoires d’ogres et d’ogresses, des histoires réalistes, des histoires de Stout, un être perfide et rusée mais pas une sorcière, de djouns qui appartiennent au monde invisible, des histoires inspirées du religieux, des contes grivois que les femmes se racontent entre elles (mais que les hommes connaissent…), des légendes inspirées d’histoires vraies… Soleil en Essonne Les hommes racontent des histoires courtes, édifiantes, à la morale finale versifiée, comme il apparaît par exemple dans l’ouvrage « Paroles immigrées » (Ed. l’Harmattan) ; ils disent aussi des fables morales. Instinctivement, hommes et femmes ont des types de récits différents. Par ailleurs, il y a aussi des conteurs accompagnés de musiciens, qui racontent des épopées (chantées) sur les marchés, que les femmes ont écoutés dans leur enfance. Le public est composé d’hommes et d’enfants. La femme n’a pas de musicien ; chez les femmes, le rituel est dans la demande ; celle-ci permet à la femme de se préparer, de se poser. Comment le conte a-t-il été transmis par les femmes du Maghreb porteuses de cette tradition orale auprès de leurs proches ? Comment, en France, utilisent-elles ce savoir, surtout auprès des enfants ? Très peu de femmes ont raconté à leurs enfants, parce qu’ils vont à l’école, qu’ils ne parlent pas l’arabe, que les femmes sont arrivées dans un pays qu’elles ne connaissent pas (aujourd’hui, ça a changé cependant). Or, le conte a besoin d’être dit dans la langue affective, maternelle. Le conte est dit le soir, parle des racines, on dit : « Le conte transporte l’âme d’un peuple »… A travers lui, toute une culture : même si les contes sont universels, semblables, oui, ils différent par l’ancrage dans une langue, une culture, un pays, une religion… En France, la femme est dépossédée de ce savoir, de cette richesse à elle ; il n’y a pas de veillées non plus, les enfants regardent la télévision. Donc, elle est dépossédée de son rôle de transmission. Parfois, j’ai rencontré des enfants de femmes qui avaient avoir raconté. Je n’ai pas fait de statistiques mais dans ce cas, j’ai observé que les enfants de ces femmes ont fait des études supérieures ; dans le cas contraire, les enfants sont souvent en échec scolaire. Une camarade conteuse travaillant avec des Gitans m’a dit avoir remarqué la même chose dans leurs communautés. Il est dommage que ce savoir soit occulté. Dans son travail à Lyon avec des femmes, Nadine Decourt , une spécialiste du conte immigré (voir La vache des orphelins), a relevé la jubilation des femmes heureuses de transmettre leur littérature orale. Je conclus : il est temps de commencer une collecte complète de ces contes en France, c’est le moment ou jamais. Il ne faut pas rater ça car les milieux immigrés ont apporté nombre de récits oraux ici : de ce fait, nos contes, notre patrimoine, se sont enrichis de cette diversité de culture. En France, nous avons une chance de faire voyager les récits qui viennent d’un peu partout et d’avoir regroupé plusieurs pays en un ; la femme y retrouve une place, on doit lui redonner cette dimension de transmission, cette richesse, cette reconnaissance. Soleil en Essonne Questions et remarques du public, réponses de Nora Aceval : Remarque : La conteuse se fait prier ? Ici, le conteur est actif et le public passif, là, le public demande. N.A. : Oui, parce que ça se passe dans le milieu familial. On raconte aux gens qu’on aime, dans l’intimité du foyer. Quand je suis invitée, j’arrive la première, je vois les gens arriver pour faire connaissance avec eux, pour les estimer, pour avoir envie de leur raconter des histoires. Je me suis préparée mais il m’arrive de changer mon programme en face de l’auditoire. C’est de l’ordre de la magie quelquefois. Il y a quelques jours, j’ai dit dans un petit village, il y avait des parents et leurs enfants. Là, un conte s’est imposé, tellement cruel que je ne l’avais jamais raconté en France, parfois on se censure ; je l’ai dit et c’est passé tout seul, tout le monde l’a adoré. Pourquoi les contes sont-ils cruels ? Non pas parce qu’ils sont du Maghreb mais parce qu’ils sont dans l’oralité. Il en allait de même ici, mais étant écrits, ils ont été édulcorés. Je suis ravie de voir qu’en France, malgré la TV, il y a un public pour les contes. Les adultes mettent souvent des barrières mais le conte est nécessaire pour promouvoir les valeurs familiales. (Ici, un conte est demandé à Nora Aceval, qui dit « La première ruse féminine ». Elle abandonne le micro pour raconter « en se laissant aller » dit-elle. Puis elle en raconte un second : « Une femme égale une intelligence, un homme égale deux intelligences » où, par ruse, une belle femme amène un riche commerçant à se ruiner pour elle avant de réviser son jugement sur les femmes. La ruse de cette femme a consisté à lui faire épouser la fille laide, sourde et muette d’un cadi, en croyant qu’il s’agissait d’elle. Ce n’est qu’en soulevant le voile de la fille du cadi, le soir des noces, que le prétentieux machiste se rend compte de son malheur… Il finira par s’en sortir et épouser sa belle, grâce à l’habileté d’une vieille femme ! Lorsque Nora Aceval a eu fini de dire ce conte, une femme voilée dans l’assistance a raconté en riant comment la même mésaventure est arrivée à son grandpère, au Maroc…)

Question : Les contes dits ici sont-ils transformés ?

N.A. : Jamais consciemment. On se doit de dire un conte comme on l’a entendu, ceci pour sa structure, mais chaque conteur peut raconter à sa façon, en rajouter… Par exemple, dans une énumération d’objets faisant partie d’un récit, une conteuse d’ici introduira une armoire à glace qui est étrangère au mobilier de la population du Maghreb où le conte trouve son origine. Question : Vous avez dit que les enfants ayant reçu des contes réussissait mieux à l’école.

Comment l’expliquez-vous ?

N.A. : C’est d’ordre psychologique, je pense. Un enfant fier de sa langue maternelle, de ce qu’il reçoit à la maison, va être mieux dans sa peau. En outre, il a l’habitude de recevoir un récit structuré ; le conteur est conscient de ça : il a un début, un développement, une fin… ; le récit est bien mené. L’enfant qui s’habitue à un récit structuré, cela l’aide à structurer sa pensée. Dans sa langue maternelle, cela lui donne une assise.

Question : sur l’usage souhaitable de la langue maternelle à la maison.

N.A. : L’enfant accepte sa propre culture. Lorsque je vais dans les collèges (en classes de 6ème, de 5ème) où on me demande souvent, je dis toujours des formules en arabe, je dis ce qui est versifié en arabe Soleil en Essonne pour pouvoir le dire directement en français : par exemple, la formule « un jour est parti, un jour est venu », parce que dans les contes le temps passe toujours ainsi. Dans ce cas, les enfants d’immigrés rient sous cape, comme s’il y avait détournement d’une honte. Je continue. Au bout d’un moment, on a une sorte de fierté (« moi, j’ai compris »). A la fin, c’est l’épanouissement…

Dans l’enfance, n’a t-on pas provoqué la honte de parler l’arabe ?

Pourquoi cette honte ? Même des filles de B.T.S. venaient me voir à l’infirmerie (Nora Aceval a longtemps travaillé comme infirmière dans l’Education nationale, Ndlr) pour se plaindre : « Si on parle en anglais, ça va, si on parle en arabe ? Il y a toujours un prof pour nous dire : ici on n’est pas en Arabie. » Remarque : Entre fratrie ils parlent l’arabe.

N.A. : J’ai appris deux langues. Toutes les langues sont belles, j’aime toutes les langues et j’aimerais vivre plusieurs vies pour apprendre plusieurs langues.

Remarque : Nous pourrions reprendre le débat sur le rôle de la langue maternelle. Il s’adresserait aux parents des enfants.

N.A. : Il faut revendiquer le droit culturel mais il faut laisser les choses se faire, on ne peut pas aller plus vite… Le droit à la culture, à sa culture, c’est une meilleure intégration, et la mère est porteuse de sa culture, c’est l’héritage le plus fabuleux.

Question : Comment encourager les mamans à conter ?

N.A. : La mère est porteuse de l’héritage, il faut le transmettre, et il n’y a pas que les contes. Les associations jouent un rôle important, elles organisent des rencontres et du collectage, voir ce qui s’est passé au Foyer ADOMA à Montgeron. Il faut que leurs paroles soient écoutées. (Nora s’adresse alors à des femmes maghrébines du premier rang) Vous n’êtes pas arrivées les mains vides, vous êtes arrivées avec un savoir. Je travaille beaucoup avec des femmes, à chaque fois, elles me disent que leurs mamans leur disaient : « Apprends à travailler avec tes mains, la cuisine par exemple ; les mains, on les emportent partout avec nous. » Quand on était petites, ma maman nous disait : « Fais le ménage, la cuisine », et bien ça nous a aidées quand on était en exil. C’est ce qui nous a permis de nous en sortir. Pour les coutumes, c’est pareil, ça a permis de libérer la parole. Le conte est un outil d’apprentissage. C’est comme ça qu’on apprend, on commence par des devinettes. On apprend aussi à poser la devinette ; tant que personne ne donne la réponse, le contenu possède leur âme… C’est une manière de mémoriser.

Remarque : Au Centre Saint-Exupéry de Montgeron, le vendredi, une conteuse intervient pour les petits. N.A. : Ah ! ça c’est formidable. Le conte, on a tout dans le conte. C’est un trésor qu’on a là. Il faut l’utiliser naturellement. Pas pour obtenir quelque chose, non, mais il faut parler. De tout. C’est pas parce qu’il y a des aveugles qu’il ne faut pas parler des aveugles. A travers le conte, on peut le faire…

http://soleilessonne.net/spip.php?article155

Nora Aceval Par Nadine Decourt, novembre 2010

Posté le 30 août 2013 par Artisan de l'ombre

Nora Aceval

Par Nadine Decourt, novembre 2010

Nora Aceval, native de Tousnina (hauts plateaux de Tiaret, sud-ouest algérien),  a été bercée par les contes populaires que disaient les femmes de sa tribu, les Ouled Sidi Khaled, tel « Herbe-Verte », l’un des Contes du Djebel Amour (Seuil, 2006).

Lire la suite de cet article »

LE PRINCE TISSERAND

Posté le 24 août 2013 par Artisan de l'ombre

LE PRINCE TISSERAND

AUTEUR : NORA ACEVAL
ILLUSTRATEUR : Laureen Topalian
EDITEUR : LE SORBIER
COLLECTION : AU BERCEAU DU MONDE
Septembre 2007 – 13,50 Euros
Album à partir de 7 ans
Ce livre fait partie de la SÉLECTION de Ricochet
THÈMES : AMOURMOYEN-ORIENTESCLAVAGE,MÉTIERAMOUR, AMITIÉ, FAMILLE, RELATION À SOI, AUX AUTRES

L’AVIS DE RICOCHET

Ce conte oriental somptueusement illustré dans la tradition des miniatures persanes est un trésor en soi. Alliance de la beauté et de la finesse par ses décors ( le terme est mérité ! ) et perle de l’écriture, c’est une véritable invitation à la rêverie. Fresque orientale avec sonprince, sa belle et son marchand de bien vil et rusé, « Le Prince Tisserand » est construit autour du triangle incontournable : amour, aventure et complots. De quoi passionner les petits lecteurs !

On ne résistera pas au plaisir de vous conter cet album en débutant par la formule magique… Il était une fois, dans une lointaine contrée d’Orient, un jeune prince beau et doué pour les jeux d’armes. Par une belle journée de chasse, égaré dans les montagnes, il fit la connaissance de la plus jolie des jeunes filles, bergère de son métier. Il en tomba follement amoureux et voulut l’épouser. Mais ses connaissances en politique et sa grande bravoure au combat ne suffirent pas à convaincre la jeune bergère. Pour espérer en faire un jour sa femme, il devrait appendre un métier.

« Le meilleur métier est celui que l’on pratique de ses mains. Le pouvoir, ça va, ça vient, mais ce que l’on sait faire de ses mains, c’est un trésor que l’on garde en soi toute sa vie. »

Son amour pour la jolie bergère était tel que le prince fit appel à un célèbre maîtretisserand. Son apprentissage achevé, l’union fut célébrée et donna bientôt deux enfants d’une grande beauté. Mais, lors d’un de ses longs voyages, le prince fut capturé et vendu comme esclave à un marchand de tapis. Il sut tirer avantage de sa condition de captif, faisant valoir ses talents de tisserand et usant, d’un stratagème, fit parvenir à la princesse un tapis comportant un message secret afin de le faire libérer.

Et à jamais le prince de bénir sa petite bergère qui l’exhorta autrefois à apprendre un métier.


Anne Godin

L’ÉDITEUR : LE SORBIER

La chamelle de Nora Aceval

Posté le 24 août 2013 par Artisan de l'ombre

La chamelle de Nora Aceval

La chamelle de Nora Aceval    dans Babelio chamelle-204x300

A la mort de son mari, une femme fit appel à un groupe de Talebs récitants pour prier à la mémoire du disparu. Les religieux s’installèrent à même le sol en demi-cercle autour du défunt et, les yeux mi-clos, ils psalmodièrent en chœur, tout en balançant le buste d’avant en arrière.
La veuve endeuillée, face à eux, pleurait la tête baissée. Assise, les jambes repliées et légèrement écartées, elle sanglotait quand soudain, elle saisit machinalement un pan de sa longue robe et le porta à son visage pour éponger ses larmes. Comme elle ne portait ni culotte ni saroual, elle dévoila son intimité.
Le spectacle attira le regard du plus jeune des Talebs qui se mit en tête d’en alerter ses confrères sans éveiller le soupçon de la veuve. Il improvisa sur le même rythme mélodieux:
- Regardez ! Regardez ! Cette chose entourée d’une forêt !
Les autres Talebs qui paraissaient pourtant bien absorbés par leur prière, répliquèrent aussitôt sur le même ton :
- Chut ! Chut ! Fils de pute ! Tu vas tout gâcher ! Elle va la cacher !
(Conte « La veuve et les talebs »)

 

Biographie et informations

Posté le 24 août 2013 par Artisan de l'ombre

Biographie et informations

Nora Aceval la conteuse moderne pétrie de traditions séduit des heures durant un large public conquis par son verbe et son charisme.
Nationalité : France

Biographie et informations    dans Babelio babalio-300x226

Né(e) à : Tousnina , 1953

Biographie :

Nora Aceval est franco-algérienne. Conteuse traditionnelle à voix nue, elle est née d’un père Français d’Algérie et d’une mère arabe, à Tousnina sur les hauts plateaux de Tiaret dans le sud-ouest algérien. Son enfance entre Tousnina et Sougueur fut bercée par les contes populaires que disaient les femmes de sa tribu des Ouled Sidi Khaled. Elle est détentrice d’un grand patrimoine oral hérité depuis l’enfance en Algérie.

Lire la suite de cet article »

D'autres nouvelles

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Désolé, il n'y a aucun sondage disponible pour le moment.

Widetized footer

contes ATLAS TV- la prière du berger par Nora ACEVAL

  Publiée le 6 août 2013 les contes KHAREFTEK MA KHAREFTEK. contes collectés par ...

contes ATLAS TV- OSTA NADJAR par Nora ACEVAL

  Publiée le 29 juil. 2013 les contes KHAREFTEK MA KHAREFTEK. contes collectés par ...

Contes ATLAS TV- le brigand et le chien par Nora ACEVAL

  Publiée le 29 juil. 2013 les contes KHAREFTEK MA KHAREFTEK. contes collectés par ...

Citation du jour

Citation conte de Jean de La Fontaine

Citation conte de Jean de La Fontaine

« Une morale nue apporte de l’ennui ; le conte fait passer le précepte avec lui. » de Jean de La Fontaine. BIOGRAPHIE JEAN DE LA ...

Citation conte de Daniel Pennac

« Une des fonctions essentielles du conte est d’imposer une trêve au combat des hommes. » de  Daniel Pennac Extrait du Comme un romanDaniel ...

Citation conte

« Un conte est vieux dès la première fois qu’il est raconté. » de Proverbe oriental

Un conte de fées ?

Pour que notre destin soit un conte de fées, il suffit peut-être ...

Les pouvoirs des fées

« Les fées nous endorment, nous ouvrent les portes de leur royaume, qui se referment sur nous sans qu’elles aient pris la précaution de nous en remettre la clé. ...

Extraits

Vréroche par Nora Aceval

Amachahou ! Par tous les temps, sur un mont escarpé ...

Peau de vachette par Nora Aceval

Il était une fois, un sultan qui avait deux femmes ...

Le roi tisserand par Nora Aceval

Dans les temps anciens, il y avait un puissant sultan ...

Le lion et le renard cordonnier

Il était une fois un vieux lion qui ne pouvait ...

La gazelle d’or par Nora aceval

Il était un prince, voyageur intrépide, qui parvint un jour ...

Cottoncandy6964 |
Textes et dessins |
Fifa 13 PS3 Coins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721